PSA : le vrai visage du dialogue social

Publié le par NPA REIMS

Après un an d’enfumage, La direction du groupe PSA confirme ce que tout le monde savait depuis un an : la fermeture de l’usine d’Aulnay en 2014. Mais les mesures décidées vont encore plus loin avec au total la suppression de 8000 emplois qui viennent s’ajouter aux centaines de postes de CDD, intérimaires et prestataires déjà supprimés ces derniers mois. En plus des 3.300 emplois que représente actuellement l'usine d'Aulnay-sous-Bois, PSA compte supprimer 3.600 emplois de structure (administration, recherche et développement et commerce) par départs volontaires, et 1400 emplois dans son usine de Rennes. Au-delà des ces suppressions de postes ce sont des dizaines de milliers d’emplois indirects qui sont menacés. Et déjà le prix de l’action de PSA progresse !

A l’opposé du sommet social et du dialogue social, c’est bien une guerre sociale qu’engage PSA. L’interdiction des licenciements et des fermetures de sites, la réduction du temps de travail sans baisse de salaire, la suppression du travail posté, de nuit et de week-end sont plus que jamais à l’ordre du jour. La mobilisation non seulement dans le groupe PSA ou dans la filière automobile mais à tous les salariés doit s’amplifier. L’ensemble des organisations syndicales, du mouvement social et des organisations politiques doit s’y employer.

Montreuil, le 12 juillet 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article