Les "droits des étudiants étrangers" avec Maitre Simon Miravete, avocat, jeudi 24 novembre à 18h

Publié le par NPA REIMS


Réunion d'information du Réseau Universités Sans Frontières (RUSF ) sur les "droits des étudiants étrangers" avec Maitre Simon Miravete, avocat au barreau de Reims, le jeudi 24 novembre à 18h en amphi 9.

 

 

Déclaration de RUSF Reims :

 

Depuis au moins une dizaine d’années, les politiques menées à l’égard de la population étrangère se sont durcies. La jeunesse est particulièrement touchée, ce qui a conduit en 2004 à la création du Réseau éducation sans frontières (Resf), avec pour objectif de sortir les parents d’élèves de l’isolement et d’obtenir leur régularisation.

 

L’enseignement supérieur est affecté, à une échelle qui s’est sensiblement accrue au cours de la période récente, qui a vu la multiplication des difficultés pour les étudiants étrangers, en termes de conditions d’accueil, de conditions de résidence, de délivrance de titres de séjour…

 

Pour un étudiant étranger, une inscription pédagogique ne suffit pas à obtenir une inscription effective dans un établissement d’enseignement supérieur. En outre, obtenir une inscription ne suffit pas à éviter les difficultés : peur de se voir interpellé et reconduit à la frontière, angoisse de la non-réussite aux examens qui complexifient la procédure d’obtention du titre de séjour, précarité sociale… autant d’obstacles qui complexifient le déroulement serein des études.

 

Nous souhaitons que les étudiants français et les étudiants étrangers soient traités à l’identique, et nous refusons qu’une « double peine » (échec aux examens et expulsion) soit infligée à ces derniers. L’identité même de la fonction d’enseignant est mise en péril par le fait que certain de nos étudiants risquent à tout moment d’être expulsés du territoire.

 

Nous estimons que tous les étudiants doivent avoir les mêmes droits : tout étudiant, quelle que soit sa nationalité, doit pouvoir bénéficier d’un accès équivalent aux aides sociales, au logement… qui lui permettent d’étudier dans des conditions satisfaisantes.

 

Nous souhaitons réaffirmer la vocation universelle de l’enseignement supérieur, qui doit être ouvert à tous. Le seul critère pour qu’un étudiant puisse s’inscrire à l’université doit relever d’acquis pédagogiques ou professionnels évalués par des universitaires.

 

Nous estimons que la seule possession d’une carte d’étudiant devrait donner accès à un titre de séjour.

 

Nous souhaitons ainsi constituer un réseau de solidarité avec les étudiants étrangers, au côté d’associations, syndicats, individus, dans le but de rompre avec l’isolement des étudiants sans-papiers et de faire échec à des réglementations discriminatoires.

Publié dans Vie locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article