La droite entre espoir fou et malaise

Publié le par NPA REIMS

Les dix jours écoulés depuis le premier tour ont confirmé l’orientation ultra-droitière, chassant ouvertement sur les terres du FN, du président sortant. Après avoir asséné que Le Pen et son parti sont « compatibles avec la République », il affirme maintenant, au matin du 1er Mai, qu’il y a « trop d’immigrés en France ». Cette drague éperdue des électeurs d’extrême droite est relayée par bon nombre des responsables de l’UMP. Sarkozy avait commis un impair en plaçant son rassemblement du Trocadéro sous l’égide du « vrai travail » (en opposition à « l’assistanat », aux syndicats, etc.), singeant ainsi l’État français de Pétain. Il avait ensuite rectifié : « la vraie fête du travail ». Voulant sans doute bien faire, Copé l’enfonce, sans le savoir, en déclarant, toujours ce 1er Mai, que « le travail n’est pas une aliénation, mais une émancipation ». Référence terrifiante au « Arbeit macht frei » (« Le travail rend libre ») des nazis qui figurait à l’entrée du camp d’Auschwitz.

Une autre confirmation est donc la porosité, perméabilité, entre les idées portées par l’extrême droite et celles développées par la droite : dans tous les meetings UMP, ces thèmes ultra-droitiers, de combat contre un mouvement ouvrier organisé et indépendant, au nom de la patrie et de la France éternelles, font un tabac. 65 % des électeurs de l’UMP, nous dit un sondage, seraient favorables à un accord avec le Front national afin de parvenir à battre
– contre tous les pronostics actuels – celui que le ministre de la Défense Longuet, retrouvant des accents de 1981 complètement incongrus, présente comme le candidat des « socialo-communistes ».

Mais, dans le même temps, le malaise s’installe dans une partie de la droite et de la grande bourgeoisie, pour laquelle le FN n’est aujourd’hui qu’une nuisance, une menace pour la stabilité institutionnelle garante de la bonne marche des affaires. L’ancien Premier ministre de Chirac, Raffarin (« si j’exprimais aujourd’hui des réserves, j’affaiblirais mon camp […] Le temps de l’analyse viendra après le 6 mai »), le député proche de Fillon, Étienne Pinte (qui dénonce dans une des propositions les plus démagogiques et droitières de Sarkozy comme étant « une faute contre l’éthique républicaine et la morale chrétienne »), et beaucoup d’autres parmi lesquels les anciens ministres Villepin, Jouanno, Donnedieu de Vabres, ont pris leurs distances face à cette évolution ou l’ont ouvertement condamnée.

Le plus dur a été François Pinault, fondateur et ancien président du groupe Pinault-Printemps-Redoute, 59e fortune mondiale et 3e fortune française en 2012, par ailleurs ancien ami intime de Sarkozy comme de Chirac. Selon des propos rapportés par le Monde du 28 avril, il déclare que Sarkozy « perd les pédales. Les gens proches de lui pensent qu’il peut encore gagner. Il est cuit ! C’est comme dans le bunker de 1945. » On sent le choix, le pari raisonné et peut-être raisonnable de faire pour un temps confiance, comme à d’autres moments pas si éloignés, au représentant de la « gauche » considéré mieux à même de défendre la stabilité de l’ordre capitaliste…

Jean-Philippe Divèstean-1-sarko-lepen256.preview.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article