Communiqué du NPA Pays Basque: Aurore Martin extradée à Madrid. Les scélérats !

Publié le par NPA REIMS

Manuel Valls, premier flic de France, a osé. Il a remis, quatre heures à peine après son arrestation, à la sauvette, honteusement, la militante basque Aurore Martin à la police espagnole dont on sait qu’elle torture. Hollande-Valls ont donc appliqué le mandat d’arrêt européen (MAE) qui menaçait Aurore depuis deux ans et que Sarkozy-Guéant n’avaient pas mis à exécution face à la mobilisation quasi-unanime en faveur de la militante.

Aurore risque désormais jusqu'à 12 ans de prison.

Faut-il rappeler qu’Aurore Martin faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen à la demande de Madrid pour des faits de participation, en 2006 et 2007 à 6 réunions publiques, 4 dans l’Etat espagnol, deux en France et la rédaction d’un article dans le journal Gara, journal parfaitement légal, dans tous les kiosques du pays basque. Son crime ? Etre membre du parti politique Batasuna, illégal dans l’Etat espagnol, parfaitement légal en France. 6 réunions publiques, un article ! Comme le rappelle le Syndicat de la Magistrature : « Il n’y a ni armes, ni contacts avec ETA, ni apologie de la violence, rien ». Bien au contraire, Aurore Martin a prôné dans ces réunions et cet article la solution d’une paix négociée, en Pays basque. Tout comme son parti, Batasuna, depuis deux ans, tout comme l’immense majorité de la population basque qui aspire à la paix enfin. Et aujourd’hui en Iparralde, Aurore est une militante active au sein de Bake Bidea, en faveur de la résolution politique, démocratique et pacifique du conflit basque.

Cette extradition est donc une provocation policière qui vise la liberté d’expression de ceux qui, de part et d’autre des Pyrénées, considèrent que la solution à 40 années de guerre est enfin à portée de main. C’est l’acte odieux de deux gouvernements qui veulent donc attiser la violence, poursuivre la guerre et continuer à verser le sang. Manuel Valls est un pyromane dirigé par un irresponsable, Hollande, qui, aussitôt élu, tourne le dos à ses promesses (déclaration de juillet 2011). Le gouvernement Hollande, avec en fer de lance son ministre de l’intérieur Valls en lien étroit avec le gouvernement Rajoy, tente de saboter le processus de résolution du conflit.

Les comités NPA du Pays basque sont inconditionnellement aux côtés de toutes celles et tous ceux qui exigent la liberté pour Aurore Martin !

Nous appelons aux rassemblements et initiatives qui seront organisés pour demander la libération d’Aurore et son retour en Euskal Herri, entre autres celle du lundi 5 novembre à 13h00 devant la sous-préfecture de Bayonne.

NPA Pays basque, 2 novembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article