8 MARS : POUR TOUTES !

Publié le par NPA REIMS

Le 8 mars sera une journée de lutte et de solidarité pour les droits des femmes, de toutes les femmes. Dans cette période de crise aigüe, les attaques touchent particulièrement les femmes dans le monde entier. Nous sommes solidaires des femmes en lutte en Grèce, en Espagne, au Portugal comme en Egypte, en Tunisie et dans tous les pays. En France nous sommes aux côtés des salariées de Lejaby et de toutes celles qui se battent pour leur emploi et leurs conditions de travail, de celles qui se battent contre la précarité et contre le démantèlement des services publics.

Dans un climat de renforcement de l'ordre moral nous défendons un féminisme non-excluant, nous voulons donner la
parole à toutes les femmes dans toute leur diversité. Nous sommes ainsi solidaires des femmes sans-papiers en lutte pour obtenir leur régularisation, des gouines pour l'égalité des droits, des trans contre la discrimination, des assistantes maternelles et des mères musulmanes empêchées de travailler ou d'accompagner les enfants, des travailleuses du sex en lutte contre la pénalisation des clients.

Nous exigeons :

- l'égalité salariale avec rattrapage immédiat

- l'abrogation de la loi HPST et la défense du service public sur la santé des femmes (maternités, IVG...)

- de véritables services publics de la petite enfance au quatrième âge afin que les femmes ne soient plus obligées d'en assurer la prise en charge

- l'évolution de la loi du 9 juillet 2010 sur les violences vers une véritable loi cadre contre les violences faites aux femmes élaborée en concertation avec toutes les organisations concernées

- la régularisation des sans-papières et un véritable accès aux droits pour toutes les femmes quelles que soient leur situation et leur origine

- un ministère des droits des femmes avec des moyens conséquents

- le droit d'asile pour les femmes cibles de persécutions et de violences sexistes, lesbophobes et transphobes

- l'abrogation du délit de racolage public et la lutte contre les politiques actuelles et celles qui nous sont proposées qui ne visent qu'à pénaliser davantage les prostituéEs avec les mêmes conséquences que la LSI de 2003, leur mise en danger, leur stigmatisation au détriment d'une lutte effective contre les réseaux de proxénètes et leurs profits

- la fin des discriminations racistes et xénophobes héritées de l'idéologie coloniale qui touchent en premier lieu les femmes

- l'arrêt de l'instrumentalisation de la laïcité à des fins racistes et sexistes

- la démission des élus auteurs de violences sexistes

- le fin de toutes les mesures médico-juridiques imposées aux trans et des discriminations liées à l'identité de genre

- l'égalité des droits pour les couples de même sexe (mariage, adoption...)

- la construction et l'accessibilité au logement pour les femmes, en particulier les femmes à faibles revenus et les femmes victimes de violences conjugales

- une approche débarrassée des stéréotypes sexistes et hétéronormés de l'éducation à la sexualité, des droits sociaux et de la santé et ce dès la crèche.

Acceptess, Act Up-Paris, ANA (Avec Nos AinéEs), Aides, Arap Rubis, Autres Regards, Cabiria, Collectif Droits & Prostitution, Collectif Tirésias, Etudions Gayment, Fédération Syndicale Etudiante (FSE), Fédération Total Respect - Tjenbé Rèd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le sida), Frisse, Grisélidis, Les Amis du Bus des Femmes, Mouvement Français Planning Familial (Confédération Nationale), NPA, STRASS (Syndicat du TRavail Sexuel), STS (Strasbourg Transgenre), TumulTueuses.

RDV et point presse : 18h, place de la Nation (dans la contre-allée entre le Faubourg Saint Antoine et le bd Voltaire).

Du fait d'une divergence sur le projet de pénalisation des clients des prostituées, un autre appel existe pour le 8 mars :

Appel unitaire: 8 mars. Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Journée de solidarité avec les femmes qui se lèvent et combattent partout de par le monde, notamment celles qui sont au cœur du printemps arabe.

De lutte, vous avez bien lu ! Oui, car les femmes, surtout les plus précaires, ont de quoi lutter.

Des salariées de Lejaby qui sont jetées à la rue malgré l’emballement actuel pour le « Produisons français » à celles qui galèrent pour trouver un centre d’interruption volontaire de grossesse ( CIVG) qui ne soit pas en passe de déménager, en passant par celles qui sont malmenées dans un procès pour viol, ou celles qui font le ménage chez les autres et gardent les enfants sans pouvoir obtenir de papiers, ou celles qui ne trouvent pas de logement décent parce qu’il n’y a pas assez de logements sociaux ou parce qu’ils sont trop chers, le contexte ne s’arrange pas.

Les élections sont là, demain. C’est l’occasion de réaffirmer nos revendications, de virer Sarkozy et les siens et nous ferons tout pour. Mais c’est aussi le moment privilégié pour les candidatEs de dresser toute une liste de mesures à adopter mais aussi, au nom des problèmes prioritaires qu’il faut résoudre prioritairement avec des mesures prioritaires, rendre les femmes et leur situation invisible comme est invisible le travail domestique que les femmes se coltinent à longueur d’années.

Nous en avons marre d’être invisibles

Nous en avons marre de ne pas être un sujet prioritaire

Nous en avons marre de ne pas bénéficier de nos droits fondamentaux, inscrits pourtant dans la loi.

Nous en avons marre de ne pas avoir l’égalité salariale et de pas pouvoir avorter parce que c’est trop tard parce qu’on n’a pas trouvé de CIVG et de faire tout le travail domestique et de s’entendre dire que c’est pas vrai , qu’on n’a pas été violées et de voir nos retraites rognées au nom de la lutte contre leur dette et leurs déficits et de voir Marine Le Pen se positionner comme la sauveuse universelle alors qu’elle ne distille que la haine et ne veut surtout rien changer à ce système libéral, de nous entendre dire que faire des dizaines de passes par jour c’est la libre disposition de son corps.

NOUS EN AVONS MARRE D’ÊTRE UNE CERISE SUR LE GÂTEAU, UN SUPPLÉMENT D’ÂME, UN « DE SURCROIT » DANS UN DISCOURS.

CE QUE NOUS VOULONS :

- L’égalité salariale maintenant

- La suppression de la loi HPST pour arrêter le démantèlement de l’hôpital public et sauvegarder nos maternités et nos CIVG

- Une loi-cadre contre les violences faites aux femmes

- Faire barrage à la GPA qui accentue la marchandisation le corps des femmes.

- Une véritable éducation non sexiste et non lesbophobe

- La régularisation des sans papier-e-s

- Le droit d’asile pour les femmes persécutées pour fait de sexisme et de lesbophobie

- Pour une véritable politique abolitionniste, incluant une vraie réinsertion des personnes prostituées, l’abrogation du délit de racolage et une politique de responsabilisation et de pénalisation des clients

- Un vrai Ministère des droits des femmes avec de vrais pouvoirs, la sauvegarde de nos associations assurant des missions de service public.

- L’application de la loi Dalo (Droit au logement opposable). L’hébergement inconditionnel de toutes les femmes, avec ou sans papiers.

PREMIÈRES SIGNATURES : Collectif national pour les Droits des Femmes, CADAC, Agir contre le chômage, Les Alternatifs, Alternative Libertaire, APEL-Egalité, Association Départementale 75 Planning Familial, Association Droits des Femmes du 20 ème, Association Espace Universel, Association des Tunisiens en France, Association panafricaniste des droits civiques des femmes, Atalantevidéos féministes ATTAC, Catw International, Centre LGBT Paris-IdF, Centre de Recherches Internationales et de Formation sur l’Inceste et la Pédocriminalité, Les Chiennes de Garde-Encore féministes, Collectif Faty Koumba, Collectif féministe contre le viol, Collectif IVG Tenon, Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures », Coordination des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, Coordination Lesbienne en France, CQFD-Fierté lesbienne, DAL, DECIL (Démocratie et citoyenneté locale à Mantes la Jolie), Éditions iXe, L’Égalité c’est pas sorcier, FASTI, Fédération Sud Santé Sociaux, Femmes Égalité, Femmes solidaires, Féminisme- Enjeux, Femmes Libres Radio Libertaire, Fondation Copernic, FSU, Gauche unitaire, Groupe Nanas du Mantois, Initiative Féministe Européenne - IFE FRANCE, Intersyndicale CGT-CFDT SDFE, Maison des Femmes de Montreuil, Manifeste des Libertés, Marche Mondiale des Femmes Paris Ile de France, MJCF, Le Monde à Travers un Regard, Mouvement du Nid-France, Mouvement Jeunes Femmes, Osez le Féminisme, PCF, PCOF, Parti de Gauche, Rajfire, Réseau Féministe « Ruptures », SOS Sexisme, UEC, Unef, Unie(e)-vers-elles-Groupe d’études et d’actions féministes Tunisien, Union des Femmes Socialistes d’Actit, Union syndicale Solidaires.

antisex3.gif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article